Manifestation des tracteurs, pourquoi protestent-ils et qu’est-ce que cela implique ?

tracteur vert sur champ d'herbe brune sous un ciel bleu pendant la journée

Depuis le début Février 2024, la campagne italienne est devenue le théâtre d'un manifestation unique en son genre: celui des tracteurs. Des milliers d'agriculteurs ont pris les rênes de mouvement national, apportant dans la rue non seulement leurs moyens de travail, mais aussi une série de revendications urgentes et cruciales.

Une mobilisation née de l'exaspération face à laaugmentation spectaculaire des coûts et des politiques agricoles jugées inadéquates qui a mis en lumière la résilience et la détermination d’un secteur clé pour le Made in Italy. La manifestation est une sorte de signal d'alarme sur des questions de grande importance telles que durabilité de l'environnement, la justice économique et la défense de Qualité italienne, démontrant la profonde compétence et la passion des agriculteurs italiens dans la protection de leur travail et du patrimoine agricole du pays.

Mais il y a un débat sur certains points soulevés par les agriculteurs, notamment en ce qui concerne le problème des pesticides.

Les raisons de la contestation

Les racines de la protestation contre les tracteurs ils s’enfoncent dans une série de questions complexes et multiformes qui mettent les agriculteurs italiens à l’épreuve. Au centre du mécontentement se trouvent les augmentations de coûts insoutenables de carburant et de matières premières, qui ont mis à genoux de nombreuses entreprises agricoles, menaçant leur compétitivité et leur survie. Pour compliquer davantage la situation, le Politiques agricoles européennes, comme la directive et la stratégie contestées sur les pesticides Farm to Fork , perçues comme des menaces pour l'agriculture italienne, car considérées comme non durables et pénalisantes pour le secteur. Les agriculteurs sont également confrontés à un crise du marché aggravée par une concurrence déloyale, où les produits étrangers à bas prix et les pratiques de dumping mettent en danger la production nationale. Face à ce scénario, la demande est claire : des mesures concrètes pour soutenir le secteur, comme la réduction des droits d'accises sur les carburants, la réduction des coûts énergétiques et la simplification bureaucratique, en plus de la valorisation des produits italiens.

  • Augmentation des coûts: carburant, gasoil agricole, matières premières.
  • Politiques agricoles européennes: Directive Pesticides, stratégie de la ferme à la table.
  • Crise du marché: concurrence étrangère, pratiques de dumping.
  • Demandes: soutien à la filière, réduction des coûts, valorisation des produits italiens.

Les actions de protestation

La protestation des agriculteurs s'est manifestée à travers une série d'actions incisives qui ont attiré l'attention de l'opinion publique et des institutions. Les routes et autoroutes de diverses régions italiennes ont été le théâtre de barrages routiers imposant, avec des rangées de tracteurs qui ralentissaient et, dans certains cas, interrompaient la circulation, devenant un symbole tangible de la difficulté et de la détermination du secteur agricole. En même temps, des villes comme Milano, Roma e Florence ont vu des cortèges et des manifestations avoir lieu, avec des milliers d'agriculteurs descendant dans la rue, transformant la protestation en un moment de partage e visibilité national. Un moment marquant a été lerencontre avec le gouvernement, au cours de laquelle une délégation d'agriculteurs a eu l'occasion de présenter directement leurs demandes, ouvrant ainsi une voie de dialogue fondamentale pour la recherche de solutions partagées.

Les résultats obtenus

La protestation contre les tracteurs a déjà commencé à récolter les premiers fruits de son engagement et de sa détermination. L'une des victoires les plus significatives a été la retrait de la proposition de directive sur les pesticides par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ce qui représente l'un des points les plus critiques et contestés par les agriculteurs.

De plus, le 'engagement du gouvernement italien intervenir de manière concrète pour soutenir le secteur agricole marque une autre étape importante vers la reconnaissance des difficultés rencontrées par les agriculteurs et la volonté de trouver des solutions durables.

Que sont la directive sur les pesticides et la stratégie de la ferme à la table ?

L'un des aspects les plus débattus et les plus critiques au sein du protestation contre les tracteurs concerne les politiques européennes en matière agricole, notamment la Directive sur les pesticides et la Stratégie de la ferme à la fourchette. La directive pesticides, avec l’objectif de promouvoir l’utilisation durable des pesticides réduire les risques pour la santé humaine et l'environnement, comprenait des mesures telles que 50% de réduction d'utilisation et le risque des pesticides chimiques d'ici 2030. Des dispositions qui, bien que bien intentionnées, ont soulevé inquiétudes des agriculteurs en raison des répercussions possibles sur la compétitivité et la productivité du secteur agricole italien.

Dans le même temps, la stratégie Farm to Fork , pilier du Green Deal européen, vise à rendre les systèmes alimentaires européens plus sain, plus juste et plus durable. Parmi les mesures proposées, l’augmentation de 25% de la surface agricole dédiée à l’agriculture biologique et une réduction de 20 % de l’utilisation d’engrais d’ici 2030. Encore une fois, les agriculteurs exprimer des inquiétudes quant à la faisabilité et à l’impact économique de ces objectifs, craignant qu’elles n’entraînent des charges et des défis supplémentaires pour le secteur.

Le problème des exemptions de pesticides

Une question particulière controversée dans le débat sur les pesticides, les préoccupations le recours aux exemptions qui permettent l'utilisation temporaire de substances autrement interdites dans l’Union européenne. Des dérogations accordées pour des périodes limitées à 120 jours, qui ont soulevé des inquiétudes quant à leur justification et leur impact sur la santé humaine et surenvironnement.

La contradiction est la suivante : si d’un côté les politiques sont poussées à limiter l’utilisation des pesticides, pourquoi l'utilisation et l'importation de produits traités avec certains pesticides dont nous savons déjà qu'ils sont toxiques sont-elles autorisées ?

L'organisation Pan Europe a souligné comment, malgré le cadre réglementaire restrictif, de nombreux États membres ont fait usage de ces exceptions, accordant des exemptions pour les substances considérées comme très dangereuses.

Parmi les substances les plus souvent soumises à des exemptions figurent : néonicotinoïdes, des insecticides connus pour leurs effets nocifs sur les abeilles et autres insectes pollinisateurs, et le diquat, un herbicide perturbateur endocrinien. Le recours massif et parfois injustifié aux exonérations soulevé de nombreuses questions sur la cohérence des politiques européennes en matière d'environnement et sur la protection réelle offerte aux citoyens et aux écosystèmes.

En Italie, l'attention s'est portée en particulier sur l'utilisation de 1,3-Dichloropropène, un fumigant de sol, pour lequel plusieurs exemptions ont été accordées au fil des années, avec la dernière en mai 2023, souvent en faveur des grandes entreprises de fabrication de pesticides sans qu'il y ait même une analyse technique derrière cette exemption. Le manque de transparence et de justification technique solide Ces exemptions alimentent le débat sur la nécessité d'une réglementation plus stricte et d'un contrôle plus rigoureux des exceptions accordées.

Le problème de l'agriculture biologique

L'agriculture biologique c'est souvent perçu comme une solution positive salutation e durable par rapport à l’agriculture conventionnelle, mais cette vision est sujette à débats et à controverses. Malgré l'absence (ou la petite quantité, dans certaines limites) de pesticides de synthèse et d'engrais chimiques, il n'y a aucune preuve scientifique des certificats définitifs qui certifient que les produits biologiques offrent des avantages significatifs en termes de santé Par rapport aux pratiques conventionnelles, l'agriculture biologique est d'ailleurs très souvent protégée en l'entourant de l'agriculture traditionnelle.

De plus, l'agriculture biologique peut présenter défis en fonction de efficacité de production: nécessite souvent plus de terre et d'eau pour produire la même quantité de nourriture que l'agriculture conventionnelle et même plus que l'agriculture OGM, ce qui peut conduire à une un plus grand impact environnemental. Le rendement réduit par hectare implique un plus grand besoin d'espace, ce qui pourrait entraîner une pression supplémentaire sur la déforestation et la perte d’habitats naturels. Certains aspects soulèvent des questions complexes sur impact réel de l’agriculture biologique et l’équilibre entre les bienfaits pour la santé et les implications environnementales.

Suivez-nous sur Telegram
écrit par Gennaro Marchesi
Ils peuvent également